Malheureusement l'élément "offcanvas-col2" n'existe pas.

Malheureusement l'élément "offcanvas-col3" n'existe pas.

Malheureusement l'élément "offcanvas-col4" n'existe pas.

Comment soigner une calcification à l'épaule ?

Les calcifications, et plus précisément les tendinopathies calcifiantes, peuvent être traitées de différentes façons. Il existe deux types de traitements, plus ou moins efficaces selon l'état d'évolution de la pathologie : les traitements agressifs et les moins agressifs.

Parmi la catégorie des traitements moins agressifs, on retrouve :

  • Le repos : Ce traitement n'a aucun intérêt sur l'évolution de la calcification, ni sur la récupération fonctionnelle de l'épaule. L'immobilisation peut être indiquée dans la phase hyperalgique, si les douleurs du patient sont intolérables. Il est contre-indiqué de garder le patient immobilisé trop longtemps, pour éviter la formation d'une capsulite rétractile. Dès que les douleurs diminuent, en généralement 2 ou 3 jours, le kinésithérapeute peut sevrer le patient de son immobilisation.

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens : Face à un patient présentant une épaule fortement douloureuse, ces traitements oraux peuvent permettre de soulager l'intensité des douleurs. Cependant, d'un point de vue tissulaire, ces traitements sont contreproductifs et défavorisent la résorption de la calcification.

  • Les infiltrations : Ce traitement peut être réalisé dans la bourse sous-acromiale, où siège généralement l'inflammation. Il est recommandé en cas de douleurs intenses, pour soulager le patient sur le court terme.

  • Les ultrasons pulsés : Ce traitement a démontré des résultats sur le court terme (Ebenbicler 1999; Pieber 2018) mais ne présente pas d'intérêts probants sur le long terme.

  • L'iontophorèse d'acide acétique et le TENS : Face à l'utilisation d'un placebo, ces traitements n'ont démontré aucun résultat efficace sur les tendinopathies calcifiantes.

 

Le kinésithérapeute peut aussi utiliser des traitements dits agressifs pour traiter une tendinopathie calcifiante :

  • Les ondes de chocs extracorporelles : Les traitements d'ondes de chocs diffèrent en fonction de leur énergie, de leur application, de leur fréquence, de la durée et du nombre de séances effectuées. On distingue les ondes de chocs à basses énergies (moins de 0,1 millijoule/mm²), à énergie moyenne (0,1 et 0,2 millijoule/mm²) et à haute énergie (0,2 et 0,4 millijoule/mm²). Plus l'énergie est élevée, plus les ondes sont efficaces sur les calcifications. Il faut néanmoins souligner que les patients relatent des douleurs réactionnelles et des hématomes face à ce traitement.

  • Les infiltrations et les triturations échoguidées : Si on compare une infiltration de dérivé cortisoné à une infiltration avec aspiration,  les résultats sont identiques. Cependant, dans 5% des cas, on déplore une réaction vagale. Le résultat est meilleur dans le cas d’échoguidage.

  • Chirurgie : Le traitement chirurgical doit être réservé uniquement aux patients ne répondant pas aux traitements conservateurs pendant plus de 6 mois. La plupart des auteurs recommandent d’informer le patient sur le délai particulièrement long de la récupération après la chirurgie. Selon Norbert Gschwend, 10% des patients nécessiterait la chirurgie pour traiter leurs tendinopathies calcifiantes.

 

Découvrez toutes les spécificités de la rééducation des tendinopathies calcifiantes dans notre e-learning :

Retour

Copyright 2022. All Rights Reserved.
You are using an outdated browser. The website may not be displayed correctly. Close