Malheureusement l'élément "offcanvas-col2" n'existe pas.

Malheureusement l'élément "offcanvas-col3" n'existe pas.

Malheureusement l'élément "offcanvas-col4" n'existe pas.

Rééducation du genou : quel est le rôle du kiné après une rupture de LCA ?


Les récidives de ruptures de ligaments croisés antérieurs représentent 2 à 10% des ruptures de LCA. On dénombre ainsi 4,1% de reconstruction itérative à 5 ans (Y. Bohu, 2016). En fonction de la gravité et des caractéristiques du traumatisme, le patient possède deux alternatives : une rééducation kinésithérapique seule ou une ligamentoplastie itérative (DIDT, Macintosh FL, DT4, Allogreffe, etc.). L'acte chirurgical est conseillé dans la majorité des cas.

Selon le traitement chirurgical utilisé, les déficiences diffèrent : atteinte du système musculaire fléchisseur, perte de force, atteinte au système extenseur du genou, difficultés de flexion/extension, hématomes ou œdèmes, etc. 

Le kinésithérapeute doit être prudent et accorder une grande importance à l'éducation thérapeutique dans son traitement. Il doit accepter d'allonger les délais de reprise si nécessaire et s'assurer de la récupération fonctionnelle des articulations impactées. La rééducation d'une reprise de LCA doit permettre de retrouver un équilibre de stabilité et s'effectue en préopératoire et en postopératoire.

Les objectifs de la rééducation sont de :

  • Lutter contre phénomènes inflammatoires et douloureux

  • Retrouver la stabilité articulaire

  • Assurer la mécanisation du site de prélèvement

  • Lever la sidération des groupes musculaires prélevés

  • Retrouver une mobilité et des amplitudes normales en flexion et en extension

  • Retrouver une force musculaire satisfaisante grâce à un renforcement musculaire Isométrique, excentrique et concentrique

 

PHASE PRÉOPÉRATOIRE

Avant l'opération, le kinésithérapeute doit répondre aux interrogations du patient, le rassurer et démystifier certaines procédures. L'éducation thérapeutique prend une grande place dans les séances et le professionnel assure ainsi un rôle psy très important. Le kiné doit adapter son lexique et éviter certains termes aux connotations alarmantes.

En plus de la préparation psychologique, le kiné doit également familiariser son patient aux process de rééducation. Il lui enseigne ainsi les mouvements de la rééducation postopératoire (mobilisations articulaires, renforcement musculaire, proprioception, étirements). Le professionnel de santé doit aussi s'assurer que le genou à opérer s'est totalement remis du précédent traumatisme. Pour ce faire, il vérifie les prérequis suivants :

  • Un genou sec (pas d’épanchement articulaire)

  • Un genou mobile (bonne extension active)

  • Un genou indolore

  • Une récupération de la force musculaire

 

PHASE POSTOPÉRATOIRE

La rééducation post chirurgie débute seulement 2 à 3 heures après l'opération. Le kinésithérapeute accompagne son patient dans ses premiers exercices (marche avec une canne, montée/descente d'escaliers, auto-rééducation) et lui rappelle les principes fondamentaux du traitement (conseils de déclive, management de la charge, auto mobilisation, etc.).

La rééducation post-opératoire doit permettre une utilisation normale du genou même en conditions difficiles et une reprise des activités sportives plus ou moins rapide. La réathlétisation débute en fonction de l’évolution du patient et des résultats des tests musculaires isocinétiques et fonctionnels. Pour retrouver les fonctionnalités du genou, le kiné dispose d'un grand nombre d'exercices à effectuer d'abord au poids du corps puis en augmentant progressivement la charge et les amplitudes.

 

Retour

Copyright 2022. All Rights Reserved.
You are using an outdated browser. The website may not be displayed correctly. Close